Menu

 

"J'entrais et sortais d'un labyrinthe
Il n'y avait pas d'autre issue, j'étais terrifié
Mais dans le doute j'allai de l'avant,
Çà et là, de détour en détour,
Jusqu'à ce que Dame Discrétion me dise,
Vous êtes au cœur des affaires humaines."
Stephen Hawes

photoLe jardin est habituellement lié à la détente, au repos, à la promende ou à la méditation voire à la contemplation, au jardinier pour son entretien et ses plantations, au potager pour le travail de la terre et obtenir fleurs, légumes, plantes aromatiques et médicinales.
Du paradoxe présent dans la culture orientale, faut-il voir l'absence de la figure labyrinthique dans ses jardins qui tentaient de représenter le monde sous une forme poétique et alors que cette figure était présente dès le Moyen-Age en Occident et dans la "cité" depuis les Egyptiens. Le labyrinthe apparait alors comme le parcours paradoxal par excellence, entre les deux entités créées par la dualité, ce qui l'apparente à la double hache de la religion minoenne.

Entrer

Je vous invite donc à entrer dans le jardin, non pas directement dans cet espace dévolu au repos de l'esprit mais opposé à ce dernier, un jardin inquiétant, perturbant, troublant mais "magique" pour le novice: le labyrinthe car il est la parfaite incarnation de l'idéal de la discordia concors, ou harmonie des contraires.
Comme le dit André Mollet, le labyrinthe vu de loin "fera un très bel effect sur terre" et c'est dans cet écrin de verdure que se fait la rencontre avec son effroyable contenu qui impose le silence, avive la curiosité et attise le désir de connaissances de ceux qui consente à y entrer.

"A l'entrée du palais de Cnossos se dresse le signe du Taureau.
C'est en partant de lui qu'on descend au royaume du secret, du désespoir, de la purification et de la rencontre avec soi-même et de la liberté."

Paolo Santarcangeli cité dans Le livre des labyrinthes traduit par Monique Lacau.

photoEntrer dans le labyrinthe que ce soit par curiosité, acceptation ou insouciance, c'est risquer de se perdre davantage- dans tous les sens du terme- mais c'est aussi tenter l'impossible pour ne pas mourir! Une fois entrer, c'est se projeter hors des allées du monde, celles que nous avons empruntées jusqu'alors et qui nous ont conduits de gré ou de force dans l'existence. A travers le labyrinthe, nous allons à la rencontre de la vie, sachant qu'à un moment ou à un autre le Minotaure surgira et qu'il faudra l'affronter. ?
Entrer dans le labyrinthe et en sortir, c'est aussi accepter de mettre en valeur la part féminine de sa personnalité représentée par l'aide du fil que lui offre Ariane pour le guider.

Parcourir

"Autant dire que le parcours physique se double d'un parcours psychologique, lequel se double à son tour d'une dimension proprement philosophique."

Edith de la Héronnière - Le labyrinthe de jardin.

Nous ne ferons pas de distinction entre le labyrinthe d'une seule voie au parcours sinueux et au dédale qui déroute le pélerin.
photoJoseph L. Henderson qui parcourut le labyrinthe d'Ely raconte: L'expérience d'un labyrinthe, sous quelque forme que ce soit, peinture, danse, sentier de jardin, système de couloirs d'un temple, produit invariablemnt le même effet psychologique: un dérèglement temporaire de l'orientation consciente qui fait que [...] l'initié est "dé-routé", qu'il perd symboliquement son chemin. Pourtant, dans cette descente vers le chaos l'esprit s'ouvre à de nouvelles dimensions cosmiques, de nature transcendantale. Quand on pénètre dans la nef de la cathédrale d'Ely par le portail ouest, on d'écouvre, prise dans la pierre, une grande mosaïque au dessin labyrinthique. Il m'est arrivé d'en suivre le tracé, de parcourir lentement le labyrinthe, dans un sens et dans l'autre, pour découvrir avec étonnement que le seuil de ma perception avait baissé. Non pas à cause du vertige seulement, mais d'une manière singulière qui me permit, une fois sorti du labyrinthe, de ressentir de façon plus naturelle, plus authentique, la beauté du grand espace qui m'entourait. Quoique ce labyrinthe ne fut qu'une réminescence des modèles anciens de vie et de mort, repris par les danses rituelles de l'Antiquité et que perpétuent aujourd'hui encore certaines sociétés tribales, son message garde toute son authenticité, s'il s'accompagne du sentiment d'un renouvellement intérieur. ?

Mais revenons au labyrinthe de jardin, tel qu'il fut conçu à la Renaissance c'est à dire avec des haies dépassant la taille du promeneur afin que son horizon soit réduit au minimum et qu'il ne puisse apercevoir la suite de son parcours.
Le "pélerin" accepte de quitter le monde de la perspective pour entrer dans un monde où le regard est limité en quelques directions que ce soient sauf vers le ciel où il ne peut s'échapper, où la lumière est faible, où il est seul et où le parcours maximum se fait sur une surface minimale, jalonné d'impasses, de retour en arrière ou de multiples chemins possibles où le choix veut s'avérer sans issue. Bien que son tracé soit géométrique, son parcours est illogique et irrationnel à nos sens.
Les haies sont formés de charmes ou d'arbustes toujours verts, lauriers, buis, ifs, cyprès, ces trois derniers dédiés à Hadès, dieu des Enfers, et associés à la tristesse, au chagrin et à la mort mais aussi à l'éternité car verts toute l'année et à la nature.
Le futur "pélerin", enfermé par le végétal perd ses repères, sa rationalité et quelquefois panique, et dans cette atmosphère se sent perdu.
W.G. Sebald raconte sa traversée du labyrinthe dans les landes de Dunwich.

"Parcourant ce territoire, que l'on ne pouvait sans doute embrasser d'un seul regard que du haut de la chaire vitrée de la villa belge, il m'arriva aussi, à plusieurs reprises, de rebrousser chemin sur une longue distance, et ce faisant, je me trouvai plongé au bout du compte dans un état de panique croissante. Le ciel bas couleur de plomb, le violet maladif de la lande qui finissait par vous troubler la vue, le silence bruissant dans les oreilles comme lorsqu'on écoute la mer dans un coquillage, les mouches qui ne cessaient de m'assaillir, tout cela me paraissait angoissant et horrible. Je ne saurais dire combien de temps j'ai passer à errer de la sorte, dans cette disposition d'esprit, ni comment je m'en suis finalement sorti."

W.G. Sebald dans Les anneaux de Saturne.

C'est dans cet espace végétal et architectural que le paradoxal se fait jour, comme l'exprime B. Vergely: On triomphe du labyrinthe extérieur en triomphant de son labyrinthe intérieur et que la métamorphose s'accomplit: le face à face à la mort permet à l'individu sa résurrection. ?
Mis face à ses angoisses intimes: la solitude, l'abandon, la bête, la mort, il les vainc en les transcendant.

Mais il faudra à l'individu sortir de ce lieu et la suite de son parcours sera celui du doute et du questionnement car c'est vers l'inconnu que maintenant il se dirige: sa véritable identité!

Sortie

Quant il ressort, il est vainqueur et héros; ayant affronté les tréfonds de son angoisse, il est devenu autre et rien ne pourra plus lui arriver. ?
La sortie de labyrinthe était anciennement accompagnée de danses dites "de la grue" comme Homère nous le dit dans l'Iliade, Plutarque dans Thésée et on peut y voir une danse à caractère funéraire pour célébrer la victoire sur la mort.
Dans le labyrinthe de jardin qui associe tous les parcours, ces danses pouvait figurer non pas un encerclement mais un passage pour l'obtention de l'objet du désir figuré par l'arbre en son centre.

Conclusion

photo"Dans cette perte de repères se dévoile un ingrédient d'ordre métaphysique dont la fonction est, semble-t-il, de casser les résistances psychiques et psychologiques, physiques aussi, dont notre être se barde et qui font obstacle à cette découverte de degrés supérieurs de conscience, et sans doute de connaissance. [...]
Ces expériences ... parlent de la vertu métamorphique de l'égarement, de la nécessité de quitter un jour ses clartés et ses demeures, ses abris et ses défenses, pour risquer l'aventure de la vie qui, par sa nature même, se charge plus souvent qu'à son tour de nous plonger dans le désarroi. La vie vraie se rencontre aux limites de la vie, dans des confins géographiques, psychologiques et mentaux où on perçoit soudain son importance et sa fragilité, cet éphémère qui la rend si précieuse et si attachante, tout en nous préparant sagement à la quitter.
[...]
S'égarer est une nécéssité ontologique. Chacun sait que dans ces moments-là survient la révélation tant sur soi-même que sur l'existence. L'errance est le temps et le lieu de la connaissance. Sa réalité invite à l'intériorité et à la réflexion: dans l'insécurité qu'elle engendre survient un surcroit d'attention, de vigilance; dans le vertige qu'elle suscite surgissent des compréhensions fulgurantes- ces tours et tourbillons accomplis dans la perte du sens, ce dessillement soudain provoqué par la rupture de l'habitude, obligeant à sortir tous les récepteurs et capteurs endormis pour faire naître de nouvelles sensations et de nouvelles lueurs d'intelligence dans cet espace instable suscité par l'inquiétude."

Edith de la Héronnière - Le labyrinthe de jardin.


Entrer dans le labyrinthe pour en affronter le minotaure n'est malheureusement pas la solution universelle pour délivrer l'homme de sa part animale ou perverse car les images des mythes présentes dans l'insconcient sont plus nombreuses et l'individu devra quelquefois anéantir Méduse, la Chimère ou combattre d'autres figures: Tantale, Prométhée, Protée, etc...

Lire "Le symbolisme dans la mythologie grecque." de Paul Diel.

Poursuivant notre visite, entrons maintenant dans d'autres jardins, les jardins allégoriques, propres à imager ce parcours et l'unité retrouvée.
On pourra remarquer qu'il soit occidental ou oriental, chacun a le même projet: faire retrouver son unité au pratiquant.

Suite

Sources

- Janet BORD et Jean Clarence LAMBERT- Labyrinthes et dédales du mondephoto - Les presses de la connaissance
- Collectif- Labyrinthe: parcours éthiquesphoto - Publications des facultés universitaires Saint-Louis - Bruxelles
- Collectif- Le jardin comme labyrinthe du mondephoto
- Paul DIEL- Le symbolisme dans la mythologie grecquephoto et Le symbolisme dans la Biblephoto - Payot
- Edith de la HERONNIERE- Le labyrinthe de jardinphoto ou l'art de l'égarement - Klincksieck
- Myriam PHILIBERT- Le labyrinthe un fil d'Arianephoto - Editions du Rocher
- Paolo SANTARCANGELI- Le livre des labyrinthesphoto- Histoire d'un mythe et d'un symbole - Gallimard
- Jeff SAWARD- Labyrinthesphoto - Flammarion

Pied de page
Ce site est optimisé pour un écran de 1280x768.
Afin de pouvoir bénéficier d'un affichage correct, il est conseillé d'utiliser "Safari", "FireFox" ou "Opéra" qui répondent favorablement aux standards du web.
Les essayer c'est les adopter.