Menu

 

Le prebytère n'a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat.

Gaston Leroux- Le mystère de la chambre jaune.

Les artistes et le jardin de curé

Les Beaux-Arts

photo
photo
tableau

Le jardin de curé n'a guère été représenté par les grands peintres. Quelques peintres dont Jean-Georges Vibert fit figurer dans ses œuvres la vie des ecclésiastiques mais ses tableaux, surtout acquis par des Américains, sont difficilement accessibles.
photo A son sujet, Jules-Antoine Castagnary déclara: J'aime mieux pour ma part les tableaux qui ne racontent point d'anecdotes, mais qui peignent l'humanité dans ses travaux et dans ses joies. car ses tableaux étaient bâtis autour de petites anecdotes spirituelles et emprunts de malice et de théatralité.

Etienne-Prosper Berne-Bellecour, spécialisé dans l'illustration et les sujets militaires peindra néanmoins "Le jardin de M. le curé en 1875.

L'abbé Alphonse Van Hollebeke peintre et curé à la fois trouva en son presbytère et son jardin, les thèmes favoris de ses œuvres qu'il exposa de 1891 à 1946, excepté durant la guerre de 1914-1918.

tableauVincent Jean Baptiste Chevilliard s'illustra en fournissant à la maison Goupil des vignettes et des "cartes albums" dont le sujet était la vie des prêtres, teintés d'une pointe d'anticléricalisme.

 

Jules-Alexis Muenier utilisera des photos pour peindre des scènes de la vie rurale, dont les éléments seront réunis dans un même tableau; ainsi cette scène de catéchisme dans le jardin du curé provient d'une photo d'un groupe d'enfants face à un paysan en casquette qui a la pose du prêtre.

tableau tableau

En juin 1882, Van Gogh rejoint sa famille à Nuenen, en Brabant-Septentrional, dans le presbytère paternel et peindra quelques tableaux représentant les environs de Nuenen; c'est là qu'il commencera à maitriser son art.

tableauCamille Pissaro rendit la luxuriance et le romantisme d'un jardin de curé en peignant celui de l'église de Knocke en Belgique.

Les Arts appliqués

L'illustration

C'est dans cet art que Madeleine Lemaire, illustrant l'ouvrage de Ludovic Halévy, "L'Abbé Constantin", nous fournira les plus belles gravures du curé dans son jardin.

illustration illustration illustration

Les amateurs appréciaient le côté attendrissant de la petite histoire que ces tableaux et ces images donnaient à voir. Ils exigeaient un rendu minutieux des détails, une véracité absolue. C'est pourquoi ces œuvres, souvent modestes à nos yeux, apportent un témoignage précieux sur l'idée que l'on se faisait du clergé dans la société du XIXe siècle.

Geneviève Lacambre

Sources

- Michel TOURNIER & Georges HERSCHER- Jardins de Curéphoto
- Le Nouvel Observateur- Numéro spécial - "Tous les jardins du monde".
Les sites:
Wikipedia

 

Pied de page
Ce site est optimisé pour un écran de 1280x768.
Afin de pouvoir bénéficier d'un affichage correct, il est conseillé d'utiliser "Safari", "FireFox" ou "Opéra" qui répondent favorablement aux standards du web.
Les essayer c'est les adopter.