Menu

 

Le jardin en culture biologique

Défrichage, création du jardin

La première chose à faire est de reporter sur le plan du terrain les jardins que vous voulez créer, en marquant les arbres existants, le puits, la mare, etc... Les allées ne devront pas être d'une longueur inutile et devront suivre les parcours que vous avez l'habitude d'emprunter. Y noter toutes les remarques. Tracer les tranchées éventuelles que vous aurez à faire pour amener l'eau ou l'électricité au point d'utilisation.

Sur le terrain commencer par tracer les jardins puis creuser les tranchées, atc...

Le meilleur moyen de créer un jardin à partir d'une prairie ou d'un terrain auparavant défriché, est de recouvrir toute sa surface d'une bâche plastique noire durant plusieurs mois afin de tuer toute végétation, puis de la travailler mécaniquement à l'automne ( par ex. labour+roto bêche pour égaliser ou rotavator). Remettre la bâche tout l'hiver afin que la terre soient protégée et qu'il n'y ait aucune repousse; au printemps, vous aurez une terre friable et légère, prête à être ensemencée.

Si vous passer un rotavator sur une prairie non démontée, recouvrez la ensuite d'une bâche pour tuer toute repousse ou semez un engrais vert... sinon c'est galère pour se débarrasser des racines qui n'ont qu'un seul désir: repartir! En cultivant selon la méthode "sans travail du sol", après la destruction de l'herbe, épandre un compost insuffisamment décomposé ou des résidus végétaux. Voir "Techniques culturales supprimées"

Culture biologique

Des sites et des ouvrages expliquent très bien les fondements du jardinage biologique. Je ferais seulement quelques remarques après 30 ans d'expérience.

Le compost

C'est l'élément primordial d'une bonne culture. Il ne peut y avoir de jardinage bio sans compost. Et si l'on apporte des éléments extérieurs, ceux ci doivent impérativement lui être incorporés car certains sont très concentré en azote et aurait les mêmes effets qu'un engrais chimique.
Le compostage permet également d'incorporer tous les amendements ou engrais nécessaires au bon équilibre du sol: lithothame, poudre d'algues marines, basalte volcanique, etc...

Les maladies et ravageurs

En culture biologique, les principaux ennemis sont les escargots et limaces, les pucerons, les vers gris, taupins etc... Si on arrive à se débarrasser assez facilement des deux premiers, il est en général trop tard lorsqu'on s'aperçoit de la présence des seconds. Il est facile de les détruire puisqu'ils se retrouvent prés du plant attaqué mais ce dernier se trouve en général perdu. Il faut donc pour les variétés sensibles, en semer et en repiquer un nombre largement supérieur aux besoins.
Les autres parasites et ravageurs proviennent surtout d'erreurs culturales: arrosage trop fréquent ou insuffisant, compost pas assez mur ou en excès, etc...
Quant au mildiou, ceci dépend des années....mais une réalité: pour l'éviter, aérer vos cultures, que ce soit rosiers ou tomates.

La lune et les astres

Au début, je tenais compte de la position de la lune et je me rendis vite compte que je laissais ainsi passer des périodes à la météo favorable au semis pour être en bonne position lunaire.
Avec un ami, nous nous aperçûmes que nous semions nos petits pois, chacun en lune totalement opposée... et nous mangions tous deux des petits pois contents de notre récolte!
Autre exemple: des salades de variétés différentes, semées en mélange durant l'été ont, l'une monté, l'autre, non!
Remarquez que la soit disant influence de la lune apparait nulle sur les semis d'automne et de printemps quelque soit la situation lunaire. Les fèves, salades d'hiver, poireaux se portent naturellement bien! Il est quelquefois tenu compte de la position de la lune par rapport à l'horizon: lune montante ou descendante; celle-ci agit sur les marées. Mais que vient faire son attraction sur un petit pois ou une graine de courge...? Quand à la réflexion du soleil sur sa surface, si ceci peut agir, que devient cette action lorsque la lune est voilée?
D'autre part ne dit-on pas que la lune est un astre mort.
 Je voulus me mettre en culture bio dynamique; c'était encore plus astreignant- pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!. Et je pense qu'a trop s'occuper du ciel, nous oublions ce qui se passe sur terre. Il est bon d'avoir la tête dans les étoiles mais il faut garder les pieds bien posés sur notre chère planète. Les conditions de terrain et météorologiques sont sûrement plus importantes et ont plus de conséquences que la position de la lune devant une constellation- qui d'ailleurs au fil des millénaires se déplace dans le ciel!
 Je ne m'occupe plus que des conditions climatiques- température et hydrométrie- de l'amélioration de mon terrain, et croyez-moi, les résultats sont convaincants.
 Pourquoi pas tenir compte aussi de l'état de l'atmosphère, dépressionnaire ou anticyclonique? Des expériences n'ont jamais été tentées d'après ce paramètre découvert relativement récemment et totalement ignoré des anciens. La qualité de l'air qui en résulte est peut-être plus influent que Vénus en Scorpion!
Ceci dit la méthode bio dynamique respecte le sol, la faune et l'environnement et c'est tout à fait honorable et respectable.

photophotophoto
la lune et les astres

Un seul moyen!

Semez avant une pluie annoncée, repiquez de même ou en période plus fraîche, les salades à mi-ombre au printemps pour celles d'été, au soleil l'été pour celle d'arrière saison: ainsi cette année je n'eus aucune salade montée, elles furent toutes pommées et délicieuses qui firent dire à ma voisine, avec qui nous échangeons nos produits: (avec le très joli accent d'ici)"Mais comment faîtes-vous pour avoir de si belles salades?". Quand aux scaroles, la place leur manque pour s'épanouir! Pour les salades, il est, je crois, important d'avoir une levée rapide et elles ne doivent pas souffrir, ni de la température, ni de la sécheresse; ce sont leurs ennemis, plus que la pleine lune!

Les techniques culturales supprimées

Une plaquette de Dominique Soltnerphoto préconise une culture sans travail du sol, méthode utilisée avec succès par un jardinier dont la terre est trop argileuse pour être travaillée.
 Cette méthode demande une grande quantité de compost mais semble difficile car les dégâts faits par les oiseaux obligent une protection par des filets, ce qui complique singulièrement le travail du jardinier.
 Il préconise de détruire la prairie initiale au glyphosate; je préfère la méthode décrite plus haut, sans aucun désherbant.
Cette brochure a été complétée par un ouvrage complet sur les méthodes de culture sur composts végétaux - voirphoto

Le Bois Raméal Fragmenté

Après quelques années, je résolus de passer à ce mode de culture qui a comme principe de faire au jardin ce que la nature fait naturellement dans une forêt.
Au début afin d'accélérer le processus, j'épandais une couche de compost sous la couche de brf et au bout de quelques années je pus constater combien la terre s'était enrichie par ce procédé! Mais je considère qu'il faiut environ 5 années pour voir les effets réel de ce mode de culture.
Aujourd'hui, je l'ai adopté car il me parait le mieux adapté à une culture écologique et la lecture d'un ouvrage de J.M. Pelt confirma le bien fondé de celle-ci: lire.

Les plantes jardinières

Les engrais verts

La moutarde blanche, à semer en automne, qui en gelant fournira un bon engrais vert.
Le seigle qui doit être fauché en avril.
Le trèfle incarnat, qui est enfouit au printemps.
Le trèfle blanc, le lotier corniculé peuvent être utilisés et laissés en place plusieurs années tandis que le trèfle violet doit l'être que deux ans. Il est nécessaire alors faucher à l'automne et de tuer les racines en recouvrant la parcelle tout l'hiver, d'une bâche plastique... et ce n'est pas une mince affaire! La récompense sera au printemps!
Tous ces trèfles apportent au sol de l'azote.
Le sarrasin améliore la structure du sol.
la phacélie très mellifère, donne une grande quantité de verdure pour mulching mais demande de bon arrosage en été pour se développer.
photo
phacélie
photo
trèfle incarnat
photo
trèfle blanc
photo
lotier corniculé
photo
sarrasin

Les plantes du compost

photo

La consoude apporte de la potasse au compost, les fougères, du potassium et de l'azote.

Les plantes insectifuges

Le lin, contre les doryphores, à semer entre les rangs de pommes de terre.
la lavande, à planter en bordure
le pyrèthre, genre de chrysanthème, éloigne les pucerons- très belle au jardin.
ainsi que la mélisse, la menthe poivrée.
le datura stramonium éloigne parait-il, les doryphores, mais alors que les pommes de terre sont bonnes à récolter, le datura ne mesure que quelques centimètres...

Les traitements

Les traitements naturels antiques

"[...] les chenilles ne mangeront point les herbes du jardin, auquel on aura planté sur un bâton les os d'une tête de jument, ou bien un cancre de rivière (?)" ?
"Si après les pluies les chenilles gâtent le jardin et lieux exposés au soleil, il les faut prendre à la main, ou tous les matins secouer les arbres et les herbes: car toutes amorties de la froideur de la nuit, si elles tombent ne peuvent pas regrimper. Mais il ne faut point prendre cette peine, si devant semer, on trempe les graines en jus de joubarbe car ainsi les chenilles ne les toucheront jamais." ?
Et sublime recette, mieux que le DDT:
"[...] que si une femme qui a ses fleurs fait trois tours alentour des carreaux d'un jardin, toute échevelée et pieds nus, elle fera tomber et mourir toute la vermine qui sera sur les herbes."
?

Les plantes pour traitements

L'absinthe qui pousse en tous terrains,
La prêle en milieu humide, en bordure de la mare,
La capucine, en fongicide et insectifuge,
L'achillée qui renforce les préparations fongicides,
L'ail, en insecticide et fongicide (cloque du pêcher et pourriture du fraisier),
L'ortie que l'on laissera proliférer dans un coin du jardin.
La lavande, mélisse, menthe poivrée, rhubarbe, rue, saponaire, sauge officinale, insectifuges,
Le pissenlit, stimulant du sol et de la végétation,
Le sureau, fongicide.

Mode d'utilisation

L'ouvrage "Purin d'ortie & compagnie" est l'ouvrage indispensable pour l'utilisation des extraits végétaux. voir

Les plantes pièges

L'aubergine que les doryphores préfèrent à la pomme de terre,
les capucines qui attireront les pucerons.
Pied de page
Ce site est optimisé pour un écran de 1280x768.
Afin de pouvoir bénéficier d'un affichage correct, il est conseillé d'utiliser "Safari", "FireFox" ou "Opéra" qui répondent favorablement aux standards du web.
Les essayer c'est les adopter.