Menu

 

Le jardin d'Eden est le jardin du Sens et de l'interprétation. L'homme est au paradis quand il est dans le jardin du Sens.

Marc-Alain Ouaknin.

Le symbolisme du jardin

Dans la religion chrétienne

tableauLe jardin est le symbole du Paradis terrestre
Dieu bénissant le Paradis.
, du cosmos, Paradis céleste dont il est l'illustration des états spirituels, la condition première où vivait Adam avant sa chute.
Il est omniprésent dans la Bible depuis le jardin d'Eden jusqu'au Christ apparaissant à Marie Madeleine sous les traits d'un jardinier en passant par les jardins où David rencontre Bethsabée
Bethsabée- Emile Aubry.
, où l'Epoux retrouve sa Bien-Aimée du Cantique des Cantiques et celui de Gethsémani où Jésus passe la dernière nuit avec ses apôtres.

Le cloître des monastères, les jardins clos médiévaux et des maisons musulmanes, avec une fontaine centrale, sont des images du Paradis, et n'avons nous pas dit que les jardins de la Rome Antique étaient des souvenirs du paradis perdu?

On peut y voir également le symbole de la culture opposée au sauvage, le réfléchi au spontané, l'ordre au désordre, le conscient à l'inconscient.

Le jardin clos

Le symbolisme a pu évolué au cours des années du Moyen-Age et il est difficile d'en trouver le cheminement. Cependant, on peut penser qu'après avoir symbolisé l'Eden, la Vierge Marie devint la nouvelle Eve et le paradis, l'Hortus Conclusus.
Clos de murs symbolisant la virginité de Marie, il est quelquefois entouré de roses rouges qui symbolisent la Passion du Christ et l'amour, de lys blanc, symbole de chasteté, d'iris symbole de pureté et d'innocence.

Quant au Christ, c'est sous l'aspect d'un jardinier
le Christ jardinier
Ecole rhénane- XVe s.
qu'il apparaît aux yeux de Madeleine éplorée. A partir de là, s'épanouit le culte de "l'hortulanus" et on assimila l'église à un jardin, un nouvel eden au centre duquel est la croix. En effet au IIIe siècle, Hippolyte de Rome écrit: Eden est le nom du nouveau jardin de volupté planté à l'Orient, orné de toutes sortes de bon arbre, et qu'il faut comprendre comme la réunion des justes et le lieu saint sur lequel est édifiée l'Eglise.
Mais c'est à Philon d'Alexandrie que la tradition doit le thème de l'âme jardin spirituel, qui doit mener au bonheur parfait.
Ce qui fera dire à Saint Paulin: que grâce à vos prières les souverain Père de famille, le cultivateur céleste et le jardinier diligent, visite fréquemment et bénisse le jardin de notre âme, comme celui lequel il a enseigné, prié et ressuscité; qu'il affermisse le lien de la charité, afin que nous vivions comme des sarments qui demeurent en lui.
photoLe jardin clos associé à la spiritualité mariale est confondu avec l'église et Guerric d'Igny un disciple de Saint Bernard, dira: Comme Marie, l'Eglise se désigne comme le jardin du Bien-aimé, elle, qu'arrosent les sources du Sauveur.... et adresse une prière au Christ jardinier qu'il met sur les lèvres de Marie et de l'Eglise: tu es le véritable jardinier, toi qui est le créateur, le cultivateur et le gardien de ton jardin, toi qui plantes par ton verbe, qui irrigues par ton esprit, qui fait croître la vertu... Tu es le jardinier du monde entier, le jardinier du ciel, le jardinier de l'Eglise..    Sermon in Cant.-8,13

Il symbolise alors le paradis chrétien et est planté d'arbres et de fleurs, ses allées sont en croix et peuvent aussi figurer les 4 axes du monde ou les 4 fleuves de l'Eden; la fontaine au centre est la source de vie de ce jardin.
Dans la religion chrétienne, Saint Jean de la Croix écrit: l'épouse le nomme ainsi à cause de l'agréable demeure qu'elle trouve en Lui. Elle entre en ce jardin lorsqu'elle se transporte en Dieu.

Les plantes et les animaux

Parmi toutes les fleurs parsemant le tapis végétal, les pâquerettes symbolisaient "l'innocence", les pissenlits, "l'amertume de la Douleur de la Passion", le plantain, "la recherche du chemin menant à la perfection", les roses rouges, "l'Amour divin", les cerisiers, "les joies célestes", les fraisiers, "la droiture". Quant aux animaux, le chardonneret était associé à la Passion du Christ, portant des marques rouges sur son plumage à l'endroit du cœur et picorant des chardons, la colombe à l'Esprit saint.

Les chiffres

Porteurs de sens, la feuille trilobée du fraisier symbolisait la Trinité, le quatre, les quatre éléments et le six aurait le chiffre de la création et du Christ.

Le jardin de la Licorne

tapisserieLa tapisserie de La Dame à la licornephoto en est un exemple dont le fond est composé de mille fleurs.
La Licorne est un symbole de pureté, de grâce et de chasteté que seule une jeune fille vierge peut capturer. L'enclos qui symbolise sa capture est l'expression des passions et instincts représentés par la forêt alentour mais domestiqués dans le jardin, symbole et lieu de cette domestication.

Le jardin dans les allégories

César Ripa

César Ripa fait apparaitre le jardin dans deux de ses allégories: la loi naturelle et l'"Aveuglement de l'esprit
On le représente par une jeune Femme
qui est dans un jardin, où elle montre une
Taupe d'une main, & de l'autre elle tient
une Tulipe.

"

Sous d'autres cieux

Moyen Orient

photo
Miniature persane du XVIe siècle : dans le jardin, dans la direction des quatre points cardinaux,
les quatre fleuves arrosant le monde.
C'est en Perse que le jardin prit une signification métaphysique et mystique en devenant le thème central de leur vision du monde.
Dans la religion musulmane, il est dit qu'Allah est le jardinier. Elle a aussi "le jardin parfumé", jardin secret de l'intimité.
La Kabbale donne au Paradis l'aspect d'un jardin ravagé par ceux qui y entrèrent.

Amérique

Dans les civilisations amérindiennes et notamment chez les Aztèques, le jardin était également conçu comme un microcosme avec, certes ses charmes et sa beauté, mais aussi avec toute sa violence et sa cruauté.
Il n'y a que chez l' homme à la peau rouge où il n'était pas question de modifier l'ordre sacré du monde; il n'avait nul besoin de clôtures pour aimer et respecter la nature: il était libre... et peut-être plus près de l'homme édénique, de par leur philosophie, que ne l'étaient les auteurs du génocide indien.

Extrême Orient

Les jardins d'Extrême Orient sont le résumé de l'ordre cosmique, le monde de la nature réduit à son état originel.
Dans la philosophie bouddhiste et principalement dans le Zen, le jardin est un monde de symboles où le sable soigneusement ratissé représente l'eau et ses ondulations, les pierres, les montagnes, etc... Les jardins sont la représentation du paradis d'Amida
Mitābha - Lumière infinie-
règne sur le "paradis occidental
de la Terre pure",
en sanscrit : sukhāvatī.

et le pont permet de passer du monde de souffrance à la Terre pure du Bouddha. C'est un espace métaphorique où le minéral et le végétal sont l'essence du Nirvana, l'impermanence du monde et de l'homme. Le jardin de Ryoan-ji serait l'image de l'absolu où l'on ne pourrait y entrer qu'en disparaissant, seul y est permis la contemplation pour y voir l'invisible...

photo Le bambou! Il a l'esprit vide.
J'en fait mon ami.
L'eau! Elle a bien une nature pure;
J'en fait mon maître...
    Musô Soseki

Sources

- Jean CHEVALIER - Alain GHEERBRANT- Dictionnaire des symbolesphoto - Robert Laffont
- Marie-Thérèse GOUSSET- Edenphoto - Le jardin médiéval à travers l'enluminure XIIIe - XVIe siècle - Albin Michel
- Marie-Thérèse HAUDEBOURG- Les jardins du Moyen-âgephoto - Perrin
- Le Nouvel observateur- Tous les jardins du mondephoto - Hors série

Pied de page
Ce site est optimisé pour un écran de 1280x768.
Afin de pouvoir bénéficier d'un affichage correct, il est conseillé d'utiliser "Safari", "FireFox" ou "Opéra" qui répondent favorablement aux standards du web.
Les essayer c'est les adopter.